LOADING...
18 Oct

ARTP

1. L’Autorité de Régulation des télécommunications et des postes :

L’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes, en abrégé « ARTP », est créée en tant qu’autorité administrative indépendante, chargée de réguler les secteurs des télécommunications et des postes et rattachée à la Présidence de la République. Elle est dotée de la personnalité juridique et de l’autonomie financière et de gestion. La loi n 2011-01 du 24 février 2011 portant Code des Télécommunications a assignée à l’ARTP les missions, attributions et prérogatives suivantes :

1.2 Missions :

Mission d’ordre général (application de la réglementation, conseil, avis et propositions de textes législatifs et réglementaires au Président de la République au gouvernement).

  • Veiller au respect des règles concurrence saine et loyale ;
  • Assurer le suivi des cahiers de charges de opérateurs ;
  • Assurer le respect interconnexion équitable entre les opérateurs ;
  • Assurer la gestion et le contrôle des gestions rare (fréquences et numéros).
  • Mettre en place les outils régulatoires (approbation des offres technique et tarifaires du dégroupage, définir les modalités d’application de le sélection du transporteur, veiller à la définition et la mise en œuvre des conditions de la portabilité des numéros).
  • Encadrer les tarifs des opérateurs puissants ;
  • Coordonner la mise en œuvre de la politique de développement du service/ accès universel ;
  • Cordonner l’autorisation et veiller à l’application de la réglementation, de l’enregistrement et de la gestion des noms de domaine et mettre en place un mécanisme de gestion approprié :
  • Participer à la représentation du Sénégal aux réunions organisées par les organisations internationales lorsque sont examinées des questions relevant de ses mission

1.3 Attributions :

  • Attributions consultatives : l’ARTP est consultée par les ministères sectoriels sur tous projets de texte législatifs et réglementaires ; pour ce faire, ce dernier consulte, à son tour, les acteurs des secteurs régulés ;
  • Attributions informatives : l’ARTP édite officiel, disponible sur son site WEB.

1.4 Prérogatives :

  • Régler les litiges entre les opérateurs des secteurs régulés, d’une part et, d’autre part, entre les opérateurs et les consommateurs.
  • Sanctionner les manquements des opérateurs au regard des lois et règlements, de leurs conventions de concession et cahier des charges.
  • Rechercher et constater les infractions au Code de télécommunication et au Code des postes ;
  • Exiger la modification des clauses abusives des contrats des opérateurs ;
  • Le cas échéant, astreindre financièrement les opérateurs.

Aux trois opérateurs je  dirais ceci:

  • Gagner des nouveaux clients est important mais dans un marché avec un taux de pénétration à 93%, la FIDÉLISATION est encore plus importante.
  • Quand on voit l’effet de l’arrivée de Free sur le marché des Telecom en France, on comprend bien que c’est un marché lucratif avec des marges et des bénéfices considérables. Dès lors la question est: Avons-nous besoin d’un Free pour que les prix soient réellement bas ?

A l’ARTP je dirais ceci:

  • Quand on sait que la majorité (90,7%) des appels émis par les usagers se font sur le réseau de l’opérateur de l’appelant (Trafic-On Net), ne faudrait-il pas modifier la réglementation pour permettre aux petits opérateurs d’avoir une chance de gagner des parts de marché ?

La concurrence est toujours favorable aux consommateurs. Favoriser une concurrence saine et juste, c’est travaillé pour le bien des consommateurs.

Pour les prochains mois. L’ARTP compte s’intéresser aux pratiques promotionnelles qui on court chez les opérateurs. L’Autorité de Régularisation a pris l’engagement de s’intéresser au marché des promotions « S’il y a autant d’offres promotionnelles, les prix devraient être maintenus », explique M. Dial, qui dénonce également, l’effet club. En effet  « la majorité des appels émis par les usagers restent sur le réseau de l’opérateur de l’appelant soit 90% », dénonce L’ARTP.

En somme, on voit bien que sur le premier trimestre 2013 EXPRESSO a remporté la bataille du mobile. Le nombre de ses nouveaux abonnés est quasiment le double de celui d’orange et 20 fois celui de TIGO. Il en résulte une perte de parts de marché de la part de ces deux opérateurs au profit d’EXPRESSO. Cette tendance devrait se confirmer durant toute l’année 2013. L’opérateur Orange utilise son avantage historique (Le plus grand Parc, le plus grand taux de couverture…)  et ses moyens financiers pour tenir face à la concurrence. Par contre les choses semblent se gâter de plus en plus pour TIGO. En plus de perdre des parts sur le mobile, cet opérateur est totalement absent du fixe et est troisième dans le segment Internet, autant dire qu’une réaction vive et réfléchie est indispensable à sa survie. EXPRESSO doit continuer à investir dans ces capacités en termes de déploiement d’antennes tout en maintenant ses méthodes de marketing offensives.

Leave A Comment